Parc d’activités Chêne Morand / Rennes (35)

Maître d'ouvrage
Communauté d’Agglomération Rennes Métropole
Equipe
LEBUNETEL Architectes Urbanistes Mandataire / Magalie SAN-JUAN Architecte Chargée de Projet, UNIVERS Paysagistes et INGEROP Rennes BET
Mission
MOE urbaine + MOE Espaces publics
Programme
Accord-Cadre. Aménagement de 2 parcs d’activités
Surface
Périmètre d’étude 60 Ha, 23 + 36 ha
Année
2012/2025
Coût
VRD ZAC 18,1 M € HT
Aujourd’hui plateau agricole et rural, le Chêne Morand est la dernière extension de l’écopôle Sud Est de Rennes. Le projet se veut être un lieu de vie pour les hommes qui travailleront et ceux qui vivent déjà sur le site. Comme une oasis dans la Zone Industrielle, le Parc crée une identité au quartier et rassemble autour de ses aménagements et des fermes urbaines.
Le Parc fédère les espaces et les fonctions, il fait le lien entre le hameau existant et le parc d’activité. Les allées qui le bordent et l’armature paysagère rayonnante s’appuie sur le maillage des haies bocagères existantes.
Une diversité programmatique permet de multiplier les échanges des locaux d’activités avec la Ville, les équipements sont multipliés, les bâtiments animent les espaces publics plutôt que de se refermer sur eux-mêmes.
Les morphologies des activités et du parcellaire permettent des implantations diversifiées et complémentaires. Des grandes parcelles de 10 000m² aux locaux partagés inférieurs à 50m².
Le parc  propose un aménagement «pas à pas» qui s’adapte au contexte économique Rennais avec un parcellaire permettant la mutabilité et une trame urbaine et paysagère évolutive.
Les fermes urbaines s’installent dans le Parc. Interprétation contemporaine de la ferme bretonne, elles accueillent des services et équipements. A l’échelle humaine, elles sont propices aux loisirs et aux rencontres. Ce sont des lieux de proximité et d’échanges pour les travailleurs et professionnels, comme pour les habitants du hameau du Chêne Morand.
Le Parc s’inscrit dans une démarche de développement durable innovante et volontariste,  les toitures des bâtiments sont utilisées comme source d’énergie photovoltaïque en autoproduction, les habitants du hameau et les usagers sont associés au projet (concertation, information en continu), l’imperméabilisation des terres est limitée…
 

Lien connexe : Territoires Rennes

Le projet de développement des énergies durables