La Pinède / Lunel (34)

Maître d'ouvrage
Hérault Habitat
Equipe
LEBUNETEL Architectes Urbanistes Mandataire /Oliver SEIDEL, Fréderic CAMBOLIVE, Ludovic MARTIAL Architectes Chefs de projet, Mahaut MICHEZ Paysagiste, INGEROP BET Structure, OCD-IDDE BET Fluide
Mission
MOE complète
Programme
Démolition-Reconstruction de 120/96 logements et création d’Activités en 3 tranches
Surface
logements 9 250 m² SHON / activités 800 m² SHON
Année
2005 /T1 2011, T2 2013, T3 2015
Coût
11.3 M € HT

Lauréat Concours

Le site du projet, le long de la RN 113 en entrée de Ville, est un lieu particulier et stratégique.

Les enjeux urbains majeurs du projet de démolition-reconstruction sont de :
• Retrouver de l’urbanité et gommer la marginalisation sociale et urbaine actuelle,
• Donner de la qualité à l’environnement pour valoriser le développement de la mixité habitat et commerces nécessaires à l’intégration urbaine,
• Redonner une valeur à la façade sur RN qui est également une façade Nord,
• Développer les liaisons vers le centre et afficher la volonté d’extension du centre-ville de Lunel
• Créer une nouvelle identité au lieu, plus proche de l’histoire du site et de la ville,
• Retrouver un habitat à échelle humaine,

Ce pour, notre projet propose :
• Un urbanisme s’inspirant des nombreux mas  qui ponctuent la RN 113 sur son linéaire entre Nîmes et Montpellier. Avec des volumes de géométries simples, organisés  tantôt en façades ou en recul d’une enceinte de murs en pierre, ces bâtisses s’ouvrent secrètement par le biais de cours, de patios à la vue du passant, laissant entrevoir jardins, parcs ou simples cours. Les toits en pente dominent des toitures plates servant de terrasses aux logements.
• De donner du sens à l’organisation du bâti en formant deux îlots clairement lisibles. Des îlots qui préservent un côté public et un côté privé, jardin plus intime au calme, organisé autour du magnifique alignement de pins conservé. Les logements sont organisés de manière à tourner le dos aux nuisances de la RN 113 et s’ouvrir sur ces espaces paysagers.
• De développer des modes d’habiter alternatif au tout collectif en favorisant l’accès individuel aux logements et la présence de la lumière dans les parties communes
• L’architecture que nous souhaitons développer est simple, contemporaine, non ostentatoire et pérenne.

Elle s’inscrit dans une démarche HQE, et prévoit notamment :
• une double orientation des logements permettant une ventilation naturelle,
• un éclairement naturel de la majorité des cages d’escalier,
• une production d’eau chaude sanitaire par panneaux solaires,
• la rétention des eaux pluviales en toiture et en ouvrages enterrés sous espaces collectifs.

Crédit photo : Julien Thomazo